CLÉA au pays de Mormal

Samuel Guillot interroge depuis 17 ans la notion de paysage (urbain, rural, social, politique, éducatif…). Les mutations, la décomposition, la recomposition du paysage constituent la base de son travail. Il attache tout particulièrement de l’importance dans la circulation de la culture et des publics, en intervenant dans tous types de lieux, sous des formes diverses, populaires et riches de sens.

Pour cette résidence-mission, il a décidé de prendre au pied de la lettre la commande. Le dispositif CLEA a ainsi été synthétisé par un petit personnage qui porte le même nom et la thématique « Art du trait » a été, quant à elle, symbolisée par un crayon. Ce petit personnage et ce crayon ont ainsi été les catalyseurs de toutes les expériences et rencontres menées sur le territoire par l’artiste durant les 4 mois de résidence.

Etablissements scolaires, associations, ou encore maison de retraite se sont prêtés à l’exercice dont le Collège Jean Lemaire des Belge à Bavay et l’association des Amis du musée de Bavay. Certains dessins ont d’ailleurs pu rayonner par le biais d’une diffusion dans la presse chaque semaine.

Cléa et le Forum antique de Bavay

Entre janvier et mai, des élèves du Collège Jean Lemaire des Belges et l’association des Amis du musée se sont pris au jeu des séances créatives aux côtés de Samuel Guillot. Au programme de ces ateliers : une réflexion, un regard porté sur leur patrimoine, par le biais du dessin d’humour. L’artiste rejoint ainsi les préoccupations du Forum antique de Bavay quant à la protection et conservation de son site archéologique d’exception dont les menaces sont nombreuses : végétations, intempéries, …

Le postulat de départ était simple : Cléa, petit personnage « neutre », arrive en sauveur des vestiges avec un simple crayon ! Les vestiges sont représentés par un pilier symbolique. A chacun des participants ensuite de puiser dans ses références culturelles, artistiques, historiques ou encore affectives pour créer un dessin qui a du sens et qui fait sens auprès du public. Une affaire pas si simple qui a demandé un accompagnement de Samuel Guillot pour cheminer, créer et s’échapper de la proposition de l’artiste lui-même.

Car si l’artiste utilise bien le même personnage et le même crayon, il a, quant à lui, choisi de prendre le contre-pied du postulat de départ par le biais de l’humour. Outre ses propositions de protection plutôt décalées voire « douteuses », il use de références artistiques subtiles à Rodin, Christo ou encore Mac Carthy qui donnent à réfléchir.

Chacun des dessins des participants est réuni ici car, comme l’explique l’artiste « assembler en une même œuvre, c’est bien ces points de vue multiples qui créent la richesse ».

 

UNE NAPPE, DES TRAITS ET UN REPAS – Thomas Faverjon – 2017 – 6 min. 22 sec. from Heure Exquise ! on Vimeo.